mercredi 10 décembre 2014

L'historien Lucien Febvre

Portrait de Lucien Febvre          Portrait de Lucien Febvre

Si Lucien Paul Victor Febvre est né à Nancy (Meurthe-et-Moselle) le 22 juillet 1878, c'est en fait un franc-comtois, lorrain d'adoption, mais comtois passionné : « Nous ne sommes point, Comtois, des conformistes. Courbet ne l'était guère [...] ni Pasteur [...] ni Proudhon. » [1]

Lucien Febvre dans son bureau  (© Henri Febvre)   

Il mourut le 26 septembre 1956 dans sa chère propriété du Souget située dans la cité de Saint-Amour, un bourg important du sud du Jura, où la Franche-Comté rejoint la Bresse et le Revermont. On le trouvait souvent le sécateur à la main, taillant et élégant avant de regagner son bureau.
 Il est considéré comme le plus important historien français de sa génération, fondant avec Marc Bloch l'école des Annales [2] qui eut un grand retentissement et renouvelant profondément l'approche historique. 
C'est selon Fernand Braudel, « le plus grand historien du XXe siècle ».
Très tôt, il se passionne pour l'histoire, intègre I'ENS en 1899, dans la section des lettres et soutient sa thèse en 1911 sur Philippe II et la Franche Comté [3] où il fait ressortir les interactions existant entre l'économie, la société et les représentations mentales, façon narratrice d'aborder l'étude de l'histoire. 

                         St amour ancienne porte.jpg
Saint-Amour : vue de l'église     Le passage couvert des Saintes-Marie
 

En 1911, Lucien Febvre est nommé professeur d’histoire au lycée Victor Hugo à Besançon. Il est remarqué pour ses recherches et ses qualités pédagogiques mais il n'obtiendra pas la chaire d’histoire moderne à la faculté des lettres malgré de nombreux soutiens. Le ministre n’accèdera pas à cette requête et il rejoindra finalement la faculté de Dijon, quittant à contre coeur la Franche-Comté. [4] Il faut noter que Lucien Febvre est alors connu comme militant socialiste à Besançon entre 1907 et 1912, [5] écrivant une trentaine d'article dans l'hebdomadaire Le Socialiste Comtois, très hostile aux radicaux et à Clemenceau et appelant de ses voeux une révolution politique et sociale.

 File:Saint-Amour La chevalerie.JPG   Saint-Amour : La Chevallerie

Après la Première guerre mondiale et un passage par l'Université de Strasbourg en 1919, il choisit de s'orienter vers la recherche et rejoint alors le collège de France et à l'école pratique des hautes études. Cet encyclopédiste et humaniste effacé forma une génération "d'historiens-sociologues" qui imprimèrent une nouvelle direction à l'historiographie, siégea aussi au Conseil supérieur de l'éducation national et au Directoire du centre national de la recherche scientifique.

Nous sommes des sang mêlés           

Notes et références
[1] Cité dans l'article "Lucien Febvre", Encyclopédie Universalis
[2] École qui partait du principe d'abattre "les cloisons" entre géographes, économistes, sociologues et historiens.
[3] véritable préfiguration de la thèse de Fernand Braudel sur la Méditerranée et le monde méditerranéen sous Philippe II
[4] « Quelle occasion manquée pour la Franche-Comté ! » regrette Joseph Pinard, ancien député, agrégé d’histoire et auteur d’une biographie de Lucien Febvre
[5] Voir le livre de Joseph Pinard, "militant socialiste à Besançon entre 1907 et 1912", éditions Cêtre, 328 pages, août 2011, ISBN 2-8782-3235-6


Bibliographie

         Lucien Febvre, militant

MŒLLER B., Bibliographie des travaux de Lucien Febvre, (1989), Paris, EHESS, 1995 - Lucien Febvre, Lecteur et critique, Paris, Albin Michel, 2003 - «Lucien Febvre et l'Encyclopédie française», Jean Jaurès, Cahiers trimestriels, 2002, n°163-1

  • Giuliana Gemelli, « Lucien Febvre et la représentation de l’État contemporain. Le tome X de l’Encyclopédie française », Société d’études jaurésiennes, Cahiers Jaurès, 2002/1-2 - N° 163-164, ISSN 1268-5399, pages 97 à 116
  • Hans Dieter Mann, Lucien Febvre la pensée vivante d'un historien, Cahiers des Annales 31, édition EHESS - Armand Colin, Paris, 1971, 189 pages
  • Bertrand Muller, Lucien Febvre, lecteur et critique, Paris, Albin Michel, 2003                  
  • Lucien Febvre : Eléments bibliographiques          
  • Lucien Febvre par Gabriel Le Bras           Lucien Febvre et mme Paule Braudel                                                                 
                  
Saint-Amour, vue de l'apothicairerie et façade du  collège Lucien Febvre 
 
<<< Christian Broussas - Lucien Febvre - 10 avril 2013 <<< •© cjb © • >>>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire