mercredi 17 septembre 2014

Pierre-Jean Rémy Diplomate et écrivain

       

Pierre-Jean Rémy (1937-2010) -de son vrai nom Jean-Pierre Angrémy- est un boulimique. Diplomate, auteur d'une soixantaine d'ouvrages et de quelque 70 articles, il a écrit sous différents pseudonymes et a reçu le prix Renaudot en 1971 pour son roman le plus connu "Le sac du palais d'hiver".
« Son œuvre a puissamment contribué à faire connaître au grand public le métier de diplomate (...) Avec lui,s'en va l'une des figures les plus originales et les plus plus attachantes de la diplomatie et de la littérature française » a déclaré le ministre des Affaires étrangères après sa brutale disparition.

Sur le plan diplomatique, après avoir été aux États-Unis l'assistant du philosophe Herbert Marcuse à l'université de Brandeis dans le Massachusetts, il entre au Quai d'Orsay et rejoint Hong kong comme vice-consul (1963-1964) puis Pékin comme secrétaire d'ambassade. Deux ans plus tard, il est à Londres comme premier secrétaire jusqu'en 1971. Cet homme de culture va passer aux relations culturelles du Quai d'Orsay, détaché à l'ORTF et chargé de l'harmonisation des programmes.

En 1979, il devient directeur du théâtre et des spectacles au ministère de la culture et s'occupe un temps du projet du nouvel Opéra-Bastille. Sa carrière diplomatique rebondit en 1990 quand il est nommé ambassadeur, délégué français auprès de l'Unesco, puis directeur de la Villa Médicis, à Rome, entre 1994 à 1997, président de la Bibliothèque nationale de France, expliquant que « le service de l’État est au fond le seul que je respecte et le seul pour lequel je pense être né. »

     
Avec Dominique Fernandez à l'Académie

Sur le plan littéraire, ses ouvrages vont s'enchaîner rapidement. « J'écris au rythme qui est celui de ma vie », confit-il. Œuvre protéiforme se coule dans son époque, nourrie par son expérience de diplomate, couvrant bien des genres comme le roman, le polar avec Mémoires secrets pour servir à l'histoire de ce siècle (Gallimard, 1974), le récit érotique avec Don Juan (Albin Michel, 1982), le roman épistolaire avec Comédies italiennes (Flammarion, 1984), les notes de voyages avec Villa Médicis : Journal de Rome (Odile Jacob, 2008), la biographie avec Callas, une vie (Albin Michel, 1979), Berlioz (Albin Michel, 2002) ainsi que des mémoires et des poèmes.

Élu à l'Académie française en juin 1988, Pierre-Jean Rémy, outre le prix Renaudot, a aussi reçu le Prix de la nouvelle de l'Académie pour L'Orient-Express II et en 1986, le Grand Prix du roman pour Une ville immortelle (Albin Michel).

      Trésors et secrets du Quai d'Orsay  
 -----------------------------------------------------------------------------------------------

Don Juan, roman de Pierre-Jean Rémy, éditions Albin Michel, 419 pages, Isbn 2226015299

 

Don Juan, du libertinage au romanesque, c'est un grand périple dans l'Europe auquel nous convie Pierre-Jean Rémy, à travers cette figure mythique qu'est Don Juan. De l'Espagne où il est poursuivit pour meurtre à cette bastide de Provence où il a trouvé refuge, de l'Ardèche au Bourbonnais ravagé par les bandits de grand chemin jusqu'à la Bourgogne, Don Juan mène une vie pleine d'embûches et de périls. C'est qu'il est poursuivi par des tas de gens qui ont de bonnes raisons de lui en vouloir, la police bien sûr mais aussi des spadassins et des paysans avides de vengeance.

Ceci ne l'empêche de réfléchir, de se poser des questions sur ce qui conditionne son comportement, son penchant irrépressible qui le pousse vers les dames et lui crée des tas de problèmes. Serait-ce une forme de masochisme que de s'exposer, que de rencontrer de curieuses créatures, des moines déments, des grandes dames et des grands seigneurs meurtriers, des musiciens inspirés, des tricheurs qui ont aussi, apparemment, des comptes à régler avec eux-mêmes.
Derrière un récit épique se cache un tableau des mœurs et de la société du XVIIIe siècle et une peinture de sa face cachée.

      

* Pierre-Jean Rémy: Orient-Express
« Les fresques de Tiepolo, les architectures palladiennes, les grands airs d'opéra et les traités déchirés font autant pour la magie exercée par ce livre que les filatures, les meurtres en série, les coups de théâtre. Ce livre est si exemplaire qu'on pourrait y chercher les composantes du romanesque. » Le Monde



* Pierre-Jean Rémy: Pandora- Prix Alexandre Dumas, 1981
« Pierre-Jean Rémy nous enlève avec un talent fou, une somptueuse symphonie où tous les thèmes du roman populaire se marient avec le luxe des voix et des décors, traversant les opéras aussi bien que le monde à l'envers des années trente. Une telle virtuosité laisse sans parole. »
Jean-Jacques Brochier, Le Magazine littéraire

* Pierre-Jean Rémy : Canalacadémie

<< Christian Broussas - PJ Rémy - Carnon, 17/09/2014 © • cjb • © >>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire