samedi 11 juin 2016

Jim Fergus, Chrysis


Dans mon article précédent sur Jim Fergus, paru en mai 2013, je présentais son roman de la façon suivante : 

« Dans son roman "Chrysis" paru en 2013, [1] Jim Fergus trace le portrait d'une toute jeune artiste âgée de 18 ans qui évolue ans le Paris des années vingt, Gabrielle Jungbluth surnommée "Chrysis". C'est un esprit libre, doué, passionné par l'art pictural, qui entre à l'Atelier de peinture des élèves femmes de L'École des Beaux-Arts, un privilège à l'époque, pour travailler avec Jacques-Ferdinand Humbert, excellent professeur mais exigeant et d'un caractère impossible. »

Comme souvent quand une guerre a été particulièrement longue et dure comme la Première guerre mondiale, les lendemains représentent une espèce de libération pour les survivants, le désir d'oublier les années gâchées et de tourner la page, même si la réalité
n'est pas à la hauteur des espoirs mis dans le retour de la paix.

Quand il est à Paris, on peut rencontrer Jim Fergus dans son atelier du boulevard Edgar-Quinet, en plein Montparnasse, quartier  où vécut son héroïne Chrysis, jeune artiste peintre issue d'une famille argentée. Il adore sa trouvaille, aimant les allers-retours qu'il fait entre Paris qu'il adore parcourir  et le Colorado et l'Arizona. « Je suis confortable ici », explique-t-il dans son français policé. 

 
Portrait de "Chrysis" repris sur la couverture du livre
Vue du tableau intitulé "Orgie" par
Gabrielle "Chrysis" Jungbluth, vers 1925

Genèse du roman
Du Colorado à Paris
« Au portrait de Chrysis, je voulais ajouter une touche d'histoire d'amour, raconte Jim Fergus, mais je tâtonnais. Dès que je me suis assis à ma table de travail, dans mon cabanon perdu du Colorado, je me suis souvenu d'un incroyable vieux cow-boy, croisé il y a quarante ans. Il m'avait raconté avoir combattu en France durant la Grande Guerre, être tombé amoureux d'une petite Française, mais être retourné, par devoir, dans son ranch familial. Voilà, c'est lui qui allait rencontrer Chrysis ! »
 
La future Chrysis, Gabrielle Jungbluth, née en 1907 à Boulogne-sur-mer, suit des cours de peinture aux Beaux-Arts dans l'atelier Humbert, qui vit passer Georges Braque et Marie Laurencin
La jeune femme, fille d'un colonel peintre amateur, est plutôt non conformiste et doit son surnom Chrysis à un personnage de l'Aphrodite de Pierre Louÿs. Elle fréquente le Sélect, le Bal nègre et même la Belle Poule, une maison close où elle puise son inspiration picturale, un peu comme le faisait Lautrec avant elle.

         

Balade à Nice
Au cours de l'été 2007, Jim Fergus avec sa femme Mari, alors très malade, chine sur le vieux port de Nice. Chez un antiquaire, Mari tombe en admiration devant un tableau, un groupe de jeunes en petite tenue, portant cette mention : "Orgie, Chrysis Jungbluth, vers 1925". Mais l'année suivante, Mari est morte et quelques années après, Jim Fergus a acquis pas mal de toiles de Chrysis et se renseigne sur cette peintre un peu mystérieuse qui va lui servir de trame à l'écriture de son roman.