mercredi 19 février 2014

Alain Robbe-Grillet & le Nouveau roman

Alain Robbe-Grillet Robbe-Grillet en 1970 (c) DR Sa femme Catherine
 
Alain Robbe-Grilet, le "pape du Nouveau roman", est né le 18 août 1922 à Brest dans le Finistère et mort le 18 février 2008 à Caen dans le Calvados où il s'était retiré. Leader du Nouveau roman dont il a énoncé les concepts dans so
n essai "Pour le Nouveau roman", il a la particularité d'avoir été élu à l'Académie française le 25 mars 2004 sans y avoir été reçu, refusant le "décorum" de l'institution.
 
Son père Gaston Robbe-Grillet est fils d'un instituteur, ancien élève des Arts et Métiers de Cluny, fondateur d'une petite entreprise de cartonnerie, Ancien Combattant de la Première Guerre Mondiale) et sa mère Yvonne Canu fille d'un sous-officier de la marine de guerre). Ce père a fait une belle guerre, mutilé et décoré malgré son antimilitarisme foncier que la guerre n'a fait que renforcer. « Mes

grands-parents, du côté de mon père comme de ma mère, étaient de gauche [...] style petit père Combes, instituteurs laïques voulant faire régner la raison contre l'obscurantisme clérical. » [1]
 
Ils quittent rapidement la maison natale de Kerangoff dans les faubourgs de Brest et déménagent à Paris, rue Gassendi dans un petit appartement du XIVe arrondissement. Les vacances se passent dans le Jura où son père a des attaches et dans la maison de Kerangoff. Il fréquente l'école communale de la rue Boulard tout près de l'appartement, puis le lycée Buffon et l'Institut National Agronomique au lycée Saint-Louis.
 
Sa formation est donc celle d'un scientifique et il commence à travailler pour l'INSEE, à la revue "Études et Conjonctures" fondée par Alfred Sauvy. Puis comme volontaire, il participe au chantier de reconstruction du chemin de fer de Pernik-Volouïek, en Bulgarie, avec son ami Claude Ollier et l'écrivain Daniel Boulanger en 1947.

En revenant, il écrit un texte intitulé "Quatre jours en Bulgarie" qui sera publié beaucoup plus tard. [2] A partir de 1948, il sera chercheur dans un centre à Bois-Boudran en Seine-et-Marne puis ingénieur à l'Institut de Fruits et Agrumes Coloniaux (IFAC) avant que les éditions de Minuit s'intéressent à son travail et de publient Les gommes en 1953. En octobre 1957, il épouse Catherine Rstakian, écrivaine sous le nom de Jeanne de Berg dont L'Image qui paraît en 1956 sera aussitôt interdit par la censure de Michel Debré, qu'il avait rencontrée pendant l'été 1951 lors d'un voyage en Turquie.
 
L'année 1963 sera une année phare pour Alain Robbe-Grillet qui vient d'avoir 40 ans. Lui qui avait beaucoup bourlingué s'installe définitivement dans une petit village du Calvados Le Mesnil-au-grain, [3] dont il a acquis le château du XVIIe siècle. Il publie "Instantanés", le seul recueil de nouvelles qu'il ait écrit, puis un essai considéré comme la "bible" du mouvement littéraire "Le Nouveau roman" qu'il dirige, reprenant et combinant différents articles parus dans les dix années précédentes. [4]

138414 
Notes et références
[1] Entretien avec Jacques Henric, Art Press, n°88, décembre 1984, repris dans Le Voyageur, Bourgois, 2001, p. 447.
[2] A cette occasion, il écrira : « Le récit bulgare est peut-être ma seule tentative à ce jour de représenter une réalité vécue (mais une réalité particulièrement opaque, et, pour tout dire, inconnaissable). » (Le Voyageur, pp. 21-39)
[3] Le Mesnil-au-Grain est situé à 24 km au Sud-Ouest de Caen
[4] Articles parus essentiellement dans L'Express, La Nouvelle Nouvelle Revue Française, France Observateur, Critique et la Revue de Paris entre 1953 et 1962.
 
Repères et liens
<<<<<<< Christian Broussas - Feyzin - 31 janvier 2012 - <<<<<<< © • cjb • © >>>>>>>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire