dimanche 31 août 2014

May Picqueray May la réfractaire

Références : May Picqueray May la réfractaire, éditions des Ateliers Marcel Jullian, préface de Bernard Thomas, 1979

  
« Pour mes 81 ans d’anarchie » précise May (Marie-Jeanne) Picqueray en sous-titre, une vie bien remplie marquée par 60 années de luttes, marquée aussi par une présence active sur le terrain, là où se forme l’actualité, où elle joue parfois un rôle majeur, mue par ses convictions et sa volonté.

Marie-Jeanne Picqueray était la fille d’un convoyeur postal et d’une couturière qui ne l'aimait guère. Après une enfance passée en Bretagne, elle s'occupa d'enfants épileptiques, vit quelques années au Canada où elle poursuivit ses études au lycée de Montréal, puis revint en France où on la retrouve comme interprète puis dactylo bilingue. Après son divorce, elle gagne Paris où elle rencontre un étudiant en médecine Dragui qui professe des idées libertaires. Elle milite rapidement en devenant entre membre du groupe des jeunesses anarchistes des 5ème et 13ème arrondissement et aux Jeunesses syndicalistes.

Parmi ses activités, on peut mettre en exergue son rôle dans l’Affaire Sacco et Vanzetti, l’extradition de la France où il s’était réfugié vers l’Allemagne, de l’avocat allemand Klaus Croissant, défenseur de membres des Brigades rouges, son entrevue avec Léon Trotski à Moscou en 1922. Dans toutes ses actions, elle défend une certaine idée de la liberté individuelle, de la vérité et de la justice.Elle se fait remarquer dès 1921 où, pendant la campagne en faveur de Sacco et Vanzetti, elle envoie à l’ambassade américaine de Paris un paquet contenant une grenade.

                             
Elle montre dans cette autobiographie combien l’anarchisme est un combat individuel qui rejoint le collectif et une ouverture au monde à travers le respect dû à chaque individu. Elle fait sien le surnom de « réfractaire » qu’on lui a donné, d’abord « réfractaire » à toutes les injustices qui existent dans le monde et qu’il faut combattre avant qu’elles se répandent et ne gangrènent l’esprit des nations et des peuples, avant que les démocraties soient menacées de l’intérieur et que ne survienne une nouvelle mouture de fascisme.

C’est à travers les luttes politiques par la participation des citoyens et  les conquêtes sociales qui allient bien-être, éducation et prise de conscience que l’esprit anarchique peut triompher.
Présentations annexes
* Les pionniers de l’anarchie
* Les militantes pacifistes : de Camille Drevet à Madeleine Pelletier – Jeanne Humbert
*  Séverine (Carline Rémy) et Jules Vallès, Louise Michel
* Jacques Guillot, Gaston Rolland

Voir aussi :
* Mes articles intitulés Anne Steiner, Le goût de l'émeute et Chronologie
* Mon article sur albert Camus : Albert Camus libertaire
* Le film "Ecoutez May Picqueray" du réalisateur Bernard Baissat.
* May Picqueray, réfractaire, libertaire et femme libre, les éditions libertaires, ISBN 291498006X, juin 2004
* Jack Gonet, "Marie la rouge", chronique de la vie méruvienne pendant la grève des boutonniers de 1909, roman historique, Marie la rouge
* La grève des terrassiers de Draveil-Vigneux, Histoire de Vigneux
* May Picqueray. Biographie

<< Christian Broussas - May Picqueray - Feyzin, 31 août 2014 © • cjb • © >>


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire