lundi 22 septembre 2014

Bretagne et Côtes d'Armor

En route pour la Bretagne : Loche
Loche
est surtout connue pour sa magnifique Cité royale.
Le château est un ensemble fortifié situé à l'extrémité sud d'une enceinte fortifiée qui domine la ville de Loches. Il est constitué de différents édifices construits entre le Xe siècle et le XVe siècle.

DSCN5587.JPG     DSCN5590.JPG

Au nord de la Cité,  le Logis royal de Loches fut construit sur un promontoire rocheux surplombant l'Indre. À l'ouest la Porte Royale est l'unique entrée de la cité fortifiée, elle date du XIIIe siècle, mais remaniée au XVe siècle avec notamment l'ajout d'une terrasse à canon.

DSCN5605.JPG    DSCN5609.JPG 

 Le séjour à Binic
Binic se situe dans la partie ouest de la baie de Saint-Brieuc, la Côte du Goëlo (qui s’étend du sillon de Talbert à l’anse d’Yffiniac). Son joli port de plaisance avec son phare à l’entrée est seulement accessible à marée haut. Plus récemment s'est développée la pêche à la coquille Saint-Jacques, spécialité de la baie de Saint-Brieuc.

DSCN5612.JPG     DSCN5620.JPG

 La région du Trégor
Elle est surtout connue pour sa côte magnifique. A partir de Saint-Brieuc, à l’est vers Saint-Malo et Cancale, à l’ouest vers la côte de Granit rose, Perros-Guirec, Ploumana’ch et Trégastel. Vers Guingamp, on peut remonter au nord sur Lannion, Plouaret et de là vers la côte de granit rose.
Les sites remarquables sont donc nombreux dans le pays trégorrois, auxquels on peut rajouter  les nombreuses chapelles médiévales qui parsèment le pays, Tréguier, son centre historique et sa cathédrale , Pleumeur-Bodou, son musée des télécommunications et son village gaulois, les ports de plaisance de Perros-Guirec et de Trébeurden

La côte de granit rose
La Côte de granit rose (en breton Aod ar vein ruz, littéralement « grève des pierres rouges ») correspond à une zone côtière de la Manche dans le département des Côtes-d’Armor dans la partie nord de la Bretagne, dans le pays historique du Trégor. Son nom tient à la couleur de ses roches d’un brun clair tirant sur le rose.

DSCN5848.JPG    DSCN5850.JPG
La zone du port de Perros-Guirec

 Perros-Guirec
 Elle est située dans un site naturel protégé, au milieu d'un paysage insolite où la terre et la mer sont parsemées de rochers de granit rose aux formes découpées par le vent.
La ville a deux emblèmes : le macareux, petit oiseau marin au bec coloré dont la plus grande colonie en France niche dans les Sept-Îles, et la fleur d'hortensia particulièrement présente dans la ville et les jardins des particuliers.

Perros-Guirec vit essentiellement du tourisme. Durant l'été, la ville prend une autre dimension tant en activités (sportives, culturelles et économiques) qu'en population (qui se multiplie par 8 environ). Elle est connue comme station balnéaire à caractère familial grâce à quelques belles plages de sable fin de Trestraou et de Trestrignel et à sa côte composée en partie de blocs de granit rose aux formes impressionnantes.

DSCN5670.JPG
Tombe de Thierry Le Luron au cimetière de La Clarté

La commune est divisée en plusieurs bourgs extérieurs, dont La Clarté où repose Thierry Le Luron et Ploumanac’h avec son port naturel, l’un des mieux protégés de Bretagne, le parc des sculptures, les deux plages de La Bastille et de Saint-Guirec ainsi que son phare.

Trégastel
Cette cité très touristique possède beaucoup de sites caractéristiques :
- Allées couvertes et mégalithes : les allées couvertes de Kergüntuil, et de Ty-al-Lia.
- Le dolmen de Kergüntuil est l'un des plus grands du Trégor.
- Les menhirs de Tremarc’h et de Kérédol du quatrième millénaire avant notre ère.
- La Stèle gauloise, l’un des rares témoins du second âge de fer, daterait de la fin du IVe siècle av. J.-C.

DSCN5858.JPG   DSCN5856.JPG

Dans le patrimoine religieux, on peut citer l’église Sainte-Anne, la chapelle Sainte-Anne-des-Rochers, la chapelle Saint-Golgon, le calvaire et la statue du Père Éternel.
Dans le patrimoine laïc, le moulin à marée du Grand Traouïero et un ensemble de sept fontaines.

DSCN5662.JPG   DSCN5664.JPG

Pleumeur-Bodou
- La Cité des télécoms, dont le Radôme classé en 2000 au titre des monuments historiques, édifice du XXe siècle.
- Le Planétarium de Bretagne.
- Le village gaulois réconstitué.
- La station L.P.O. de l'Île-Grande (Ligue pour la protection des oiseaux).
- Le château de Kerduel, XVIe siècle, extérieur visitable de Pâques à septembre, inscrit au titre des monuments historiques.

DSCN5653.JPG   DSCN5658.JPG
Le village gaulois

Les mégalithes et patrimoine religieux et historique :
- L'allée couverte de l’Ile-Grande classée au titre des monuments historiques et celle de Keryvon.
- Le menhir de Saint-Uzec classé au titre des monuments historiques.
- La chapelle de Saint-Samson, sa croix et son menhir, le tout inscrit au titre des monuments historiques, la chapelle de Saint-Uzec, la chapelle de Saint-Antoine et la croix de l'église.
Trébeurden
Ce port sardinier est devenu d’une des communes les plus touristiques de la Côte de granit rose, avec des lieux remarquables comme les roches sur le Castel dont celui nommé « Le Père Trébeurden ».

Le Sillon de Talbert
C’est un cordon littoral formé de galets et de sable situé dans les Côtes-d'Armor sur la commune de Pleubian. Il se trouve entre les débouchés de deux rivières, le Trieux et le Jaudy dont l'action des courants, combinée à la marée, ont favorisé sa création par érosion littorale. Il s'étend vers le nord-est dans la Manche sur environ 3,2 km de long pour une largeur moyenne de 100 m et une hauteur d'environ 10 m.

Les falaises de Plouha
Au nord de Saint-Quay-Portrieux, vous découvrirez les plus hautes falaises de Bretagne et des plages historiques comme la plage Napoléon. Haute de 104 mètres, la Pointe de Plouha est le point culminant de la côte rocheuse longue de 14 km et abritant des criques dissimulées, des aires de nidification pour oiseaux, un ancien port ainsi qu’une chapelle renfermant des fresques terrifiantes.

DSCN5794.JPG   DSCN5789.JPG
Falaises : vers la plage Napoléon                 Vue du sillon de Talbert

Tréguier
Cette ville est la capitale historique du de la région du Trégor. Sa cathédrale, ses ruelles et ses maisons à pans de bois constituent le charme de cette ancienne cité épiscopale.

  DSCN5806.JPG
La cathédrale, intérieur et extérieur

Beaucoup de maisons sont classées ou inscrites au titre des monuments historiques :
- Maison à l'angle de la place du Général de Gaulle (no 7) et de la rue Ernest Renan ;
- Rue de la Chalotais : no 2 et no 14, maison Saint-Pierre, dite à « Pondalez »
- Rue Colvestre : 5 maisons classées et place Notre-Dame-de-Coatcolvezou ;
- Rue Ernest Renan : 6 maisons classées.
DSCN5837.JPG     DSCN5804.JPG
La grand' place et la statue de Renan

La Maison natale d'Ernest Renan, classée en 1944, et devenue un musée consacré à sa vie et à son œuvre. Cette maison à colombages du XVIe siècle abrite des souvenirs de l’historien-écrivain, manuscrits, portraits ; une salle présente un montage vidéo évoquant la vie de l'écrivain, les lieux qu'il fréquenta.

DSCN5828.JPG     DSCN5832.JPG
La maison de Renan

LannionTrès belle ville dont on peut citer en particulier :
- Église Saint-Jean-du-Baly de Lannion, avec sa tour de 1519 et la voûte de sa nef restaurée en 2003 ;
- La Chapelle du Collège Saint-Joseph ;
- Église de Brélévenez son escalier de 142 marches qui mène au bas de la ville.
… et ses nombreuses maisons à colombages

DSCN5626.JPG   DSCN5637.JPG

Paimpol, la pointe de l’Arcouest et l’île de Bréhat
La ville de Pimpol compte 23 monuments figurant sur la liste des monuments historiques des Côtes-d’Armor entre autres les deux chapelles de Notre-Dame de Kergris et Lanvignec, l' Église de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, les deux manoirs de Kerloury et de Grand-Pontébar, l’ancienne cidrerie Marec et le « musée de la Mer », ancien séchoir à morue.

DSCN5730.JPG
La pointe de l’Arcouest  est un site classé qui permet d’avoir une vue imprenable et spectaculaire sur l’île de Bréhat, sa constellation de rochers et le petit port de Loguivy.

L’archipel et l’île de Bréhat
L'archipel qui forme un territoire communal, d'une superficie de 309 ha, est constituée de l’île de Bréhat et de 86 îlots et récifs voisins, séparée du continent par le chenal du Ferlas, large de 2 km.

DSCN5750.JPG    DSCN5746.JPG

De ses nombreuses curiosités, on peut extraire le Port-Clos, le phare du Paon, le sémaphore, la citadelle - verreries de Bréhat, le phare des Héraux de Bréhat. Il faut aussi citer la chapelle Saint-Michel bâtie sur un tertre rocheux de 26 mètres d'où l'on domine toute l'île-de-Bréhat, l'église Notre-Dame, datant du XIIe siècle, la croix Saint-Michel, monument historique, la croix de Maudez et la chapelle Keranroux.

DSCN5762.JPG   DSCN5767.JPG

 Le cap Fréhel
Le Cap Fréhel constitue une réserve ornithologique le long de la Côte d'Émeraude. Il est situé à 8,5 km du centre de Fréhel et à 4 km du centre de Plévenon, compte parmi les plus impressionnants de Bretagne : la falaise domine la mer d'environ 70 mètres. Un sentier entre les bruyères et les ajoncs, intégré au GR 34, fait le tour du cap. Par temps clair on peut distinguer les îles Anglo-Normandes de Jersey.

Le vieux phare (ou tour Vauban), en granite, fut construit sous Louis XIV en 1701 par un des disciple de Vauban, Jean-Siméon Garangeau (1647-1741), qui fut nommé "ingénieur en chef et directeur des fortifications de Saint-Malo" en 1691. À l'époque, on brûlait notamment de l'huile de poisson.

Un phare plus moderne et plus haut a été construit entre 1845 et 1847, a été détruit par les troupes allemandes en août 1944. Le phare actuel, reconstruit deux ans plus tard sera inauguré en 1950 : haut de 32 mètres, sa lanterne domine la mer de 103 mètres et par temps clair, son feu est visible à plus de 100 kilomètres.

DSCN5729.JPG    DSCN5722.JPG

La ville de Cancale
Cancale
est réputée, depuis très longtemps, pour ses huîtres plates sauvages issues de bancs naturels existant en eau profonde et plus récemment -vers 1950- pour ses huîtres creuses d'élevage.
La ville est située à l’extrémité ouest de la baie du mont Saint-Michel, sur les côtes de l’Ille-et-Vilaine (côte d’Émeraude), à quinze kilomètres à l’est de Saint-Malo. La baie de Cancale est délimitée par la pointe des Roches Noires au sud et la pointe des Crolles au Nord.

DSCN5674.JPG    DSCN5682.JPG
Le front de mer et les fameuses huîtres de Cancale

Ses monuments historiques sont composés de l’ancienne église Saint-Méen datant du XVIIIe siècle, l'ancien corps de garde des Doles, édifié au XVIIe siècle dans l’anse du Verger,  La jetée de la cale de l’Épi ou môle de l’Épi, construite en pierres en 1837, faite d’épis insubmersibles sur le modèle des môles antiques.

La Rance
Dès le XIVème siècle, l’énergie marémotrice est exploitée en Bretagne, dans l’estuaire de la Rance pour actionner des moulins à grain comme le moulin du Prat. Les moulins à marée fonctionnaient à marée basse en relâchant l’eau, retenu par un mur à marée haute mais d’un faible rendement.
C’est pourquoi on a créé l’Usine Marémotrice de la Rance, profitant du marnage des fortes marées qui s’engouffrent dans son estuaire pour produire de l’électricité aussi bien à marée montante qu’à marée descendante.

DSCN5717.JPG   DSCN5718.JPG

 La cité de Saint-Malo
Saint-Malo
, même si le tourisme tient de plus en plus important, sa principale activité reste axée sur la mer, la ville est ainsi le premier port de la côte nord de Bretagne mêlant plaisance, pêche, commerce et voyageurs internationaux.

DSCN5711.JPG   DSCN5712.JPG

Difficile de donner une vue synoptique de la ville dont on dit qu’elle abrite 83 monuments historiques et 169 bâtiments inventoriés. Les plus emblématiques se trouvent dans la cité historique intra-muros, la cathédrale Saint-Vincent, le Château ainsi que les remparts. Le tour des remparts est sans doute la première attraction touristique de Saint-Malo car ces remparts ceignent entièrement la ville.

DSCN5685.JPG   DSCN5686.JPG

On pénètre aujourd'hui à l'intérieur de la ville close par huit portes et trois poternes dont les principales sont :
La Porte Saint-Thomas qui s'ouvre entre deux tours, le vieux donjon, et la Tour Carrée. On y voit encore les anciens mécanismes qui permettaient son ouverture et sa fermeture. Au XVIe siècle, elle devient la porte d'entrée du château, avec un pont levis et un pont dormant.

DSCN5709.JPG       DSCN5707.JPG
Duguay-Trouin                           Le front de mer

Il n'y avait au XIIe siècle que deux portes permettant d'accéder à l'intérieur de la ville par marée basse, dont La Grande Porte, ou Porte de la Mer, les bateaux venant à l’origine s'y amarrer. Elle se compose de deux tours avec une plate forme de tir avec machicoulis à quadruple ressaut. C'est la plus ancienne porte.

La statue de Notre-Dame de Bon-Secours, placée dans une niche en haut de la porte daterait du XVe siècle. En 1564, on installe à la porte une herse et un hérisson, les deux grosses tours qui l'encadrent datent de 1582 et furent armées de canons. Le corps de garde au dessus de la porte, fut remplacé par un beffroi avec une horloge à Deux visages, avec une cloche répondant au nom de "Noguette".

DSCN5695.JPG

 Le château de Saint-Malo, siège actuel de la mairie, a été construit par les ducs de Bretagne puis aménagé par l’architecte Siméon Garangeau. Son donjon abrite maintenant le musée d’Histoire de la Ville et du Pays Malouin. Intégré à la partie nord de l’enceinte par la porte Saint-Thomas, il en est séparé par l’emplacement d’une ancienne douve.

Au centre de la Cité historique se dresse la cathédrale Saint-Vincent, repérable à son haut clocher dominant les toits de la ville. Sur le tour des remparts - mais aussi dans la ville - on trouve disséminées « ses grands hommes », les statues de Jacques Cartier, Duguay-Trouin, Surcouf , Chateaubriand ou de Mahé de la Bourdonnais. Comme autres points intéressants, on trouve aux abords des remparts, le Fort National accessible à marée basse, tout comme le fort du Petit Bé, et la tombe de Chateaubriand sur l'île du Grand Bé.

DSCN5714.JPG  Le Grand-Bé
 
<<< • • Christian Broussas • Côtes Armor • °° © CJB  °° • • 20/09/2014 >>> 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire