jeudi 25 septembre 2014

Salvador Dali

              <<<<<<<<<<<<  De Figueras  à Gerone  >>>>>>>>>>>>

Le parcours Salvador Dali (1904-1989), dans une zone située entre Figueras et Gérone, comprend trois étapes comme autant de lieux que Dali a marquées de son empreinte [1] :
 Le Théâtre-musée Dali à FiguerasLe musée-château Gala Dali à Pubol et La maison-musée de Portlligat.

     

1- Le Théâtre-musée Dali à Figueras
Il a été construit sur les vestiges de l'ancien théâtre de la ville en grande partie détruit pendant la guerre civile. L'ensemble est donc composée de deux parties : l'ancien théâtre incendié (salles 1 à 18) et les agrandissements successifs (salles 19 à 22). Il renferme nombre d'œuvres de l'artiste retraçant son évolution de ses plus anciennes expériences picturales jusqu'aux plus récentes, en passant par sa longue période surréaliste, substrat d'œuvres majeures.
Outre les œuvres de Dali, on trouve aussi la présence d'autres artistes comme Evarist Vallès (salle 8), Antoni Pitxot (salle 12) ou sa collection personnelle (salle 14).

Figueras patio entree.jpg       Dali persistance memoire.jpg
          Entrée-patio du musée                        Persistance de la mémoire

Dali a expliqué lui-même les raisons de son choix : « Où, si ce n'est dans ma ville, doit s'établir ce qui dans mon œuvre, sera le plus extravagant et le plus solide ? Le Théâtre municipal... m'a paru convenir tout à fait et ceci pour trois raisons : Je suis un peintre éminemment théâtral, le théâtre se trouve juste devant l'église où j'ai été baptisé et parce que c'est dans la salle du vestibule du théâtre que s'est tenue ma première exposition de peinture. »

Dali Museum-10.JPG             
Galatée aux sphères                        Plafond de la salle des écus peint par Dali
 
Le Théâtre-musée a été conçu comme un tout voulu par Dali, même s'il n'apparaît pas comme un ensemble cohérent, l'idée maîtresse étant d'offrir aux visiteurs  une vision de son parcours par une immersion dans cet univers très personnel et une approche très réflexive.

Parmi ses œuvres exposées au musée, on peut citer : Port Alguer (1924), Le Spectre du sex-appeal (1932), Autoportrait mou avec des lardons grillés (1941), Poésie d’Amérique-Les athlètes cosmiques (1943), Galarina (1944-45), La Corbeille de pain (1945), Leda atomica (1949) et Galatée aux sphères (1952).
Dali réalisa certaines œuvres spécialement pour son théâtre-musée, dans les salles Mae West et le Palais du Vent, le Monument à Francesc Pujols ou la Cadillac pluvieuse.

       
Athlètes cosmiques             Autoportrait mou          Le spectre du sex-appeal

Le parcours des différentes salles met en lumière son souci d'intégrer à l'art les avancées de la science, la structure de la matière qui émerge dans plusieurs de ses toiles, intégrant par exemple une vision décalée à travers des reflets holographiques, l'utilisation du trompe-l'œil et des plans décalés qui permettent d'inclure plusieurs tableaux dans une même toile selon l'angle ou le recul que l'on a quand on contemple ce genre de tableau ou ces montages comme le visage qui se dessine en grand à partir de tableaux et de fauteuils, dans la salle Mae West.

      Portrait de Mae-West.jpg
        Jeux de miroirs                                  Portrait de Mae West

2- Le musée-château Gala Dali à Pubol
« J'astiquais Gala pour la faire briller, la rendant la plus heureuse possible, la soignant mieux encore que moi-même, car sans elle tout était fini. »
Salvador Dalí, in Dalí de Draeger
Le village de Pubol , situé près de Gérone dont le château, acquis pour Gala, fut aménagé et décoré par Salvador Dali qui en fit son atelier entre 1882 et 1884. On y trouve aussi le mausolée de Gala où elle repose et celui de Dali qui demeure vide, l'artiste étant enterré finalement à Figuéras. [2] La maison-musée de Pubol est située à une quarantaine de kilomètres de Figueras.
On peut y voir toiles et dessins offerts par Dali à Gala, meubles et objets décorant les lieux, outre les éléphants du jardin, une collection de vêtements de Dior, de Cardin ou de Dali lui-même.

               
      La salle du lit bleu                                                La salle du trône

Le château avec ses trois étages, qui a encore quelques vestiges du XIe siècle, date en grande partie du XIVe siècle, où Dali a donné libre cours à tout son débordant imaginaire pour l'aménager. Il comprend aussi un jardin décoré d'éléphants à pattes d'équidés et d'un patio ceint de murs avec une belle belle vue sur les environs et où Gala aimait se reposer.
La décoration de Dali, organisée autour de la personne de Gala, tranche dans la sévérité de cette demeure médiévale.

               
          Galarina                         Léda atomica               Gala aux cornes de rhino

Lorsque Dalí l'a acheté en 1969, le château était très délabré avec ses plafonds effondrés, ses murs fissurés et son jardin à l'abandon. Mais avec Gala, il a voulu conserver ce cachet particulier qui les avait séduits. La restauration respecta leur volonté tout en permettant de créer des espaces insolites et très différents. On retrouve dans la décoration intérieure la patte du maître dans les textiles, les murs, le trompe-l'œil ou les antiquités avec des espaces que Dali s’est réapproprié comme les anciennes cuisines devenues salle de bains ou le salon du Piano.

    
 Collection de robes de Gala                                  éléphant à "grandes pattes"

Gala mourut à Port Lligat en 1982 à l'âge de 88 ans et fut transportée à Pubol dans la Cadillac qui est dans le garage avant d'être inhumée dans le tombeau de la salle des dîmes. Dali, au désespoir, s'y installa ensuite pendant 2 ans, quittant le château à cause d'un incendie qui lui occasionna plusieurs brûlures.

Pubol piano.jpg     Pubol2.jpg
                La salle du piano

3- La maison-musée de Portlligat 
Sa maison-musée vers Cadaquès est le seul endroit où Dali a régulièrement vécu jusqu'à la mort de Gala en 1982. En 1930, séduit par la beauté de ce lieu retiré, il s'installe dans une petite maison de pêcheurs.

Bien sûr, selon son inspiration, il en fit comme il disait "une véritable structure biologique" qu'il améliora et compléta pendant quelque quarante ans car "à chaque nouvel élan de notre vie correspond une nouvelle cellule, une nouvelle pièce".

Notes et références
[1] Voir aussi le Salvador Dali Museum situé sur le campus de l'université de la Floride du sud à St-Péterbourg dans l'état de Floride aux États-Unis.
[2] Le corps embaumé de Salvador Dalí repose dans la crypte du musée de Figueras.

* Voir une présentation du tableau Le spectre du sex-appeal
* L'exposition au Centre Pompidou, 2013

Voir aussi mes articles :
* Le poète Paul Eluard  -- Federico Garcia Lorca  --  Pablo Picasso et les femmes

    <<< Christian Broussas - Dali - Carnon, 25/09/2014 © • cjb • © >>>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire