jeudi 10 mars 2016

Economie et circuit de la dette

Le billet de 200 euros ...
  Les mystères de l'économie
.

        Une économie en circuit fermé...

 
 1) Belle journée dans un pauvre village de la Grèce profonde. Le ciel est magnifique mais les visages sont tristes et l'ambiance maussade. Ici,il n'y a pas de travail et tout le monde est  endetté, vit à crédit.
 2) Débarque alors un riche touriste allemand. Il arrête sa grosse voiture (allemande bien sûr) devant l'hôtel de la plage, malheureusement vide, entre en faisant la moue et pose un billet de 200 euros sur la banque (pardon, le comptoir) et exige la plus belle chambre de l'établissement.
 3) Le propriétaire est aux anges, un client comme il les aime, c'est la providence qui l'envoie. Il lui réserve sa "plus belle suite" en se vantant quelque peu. Le touriste allemand a à peine tourné les talons que le propriétaire de l'hôtel empoche le billet, file chez le boucher pour régler ce qu'il lui doit.
 4) Le boucher se rend alors illico chez son éleveur avec le billet de 200 euros pour payer sa dette.
 5) A son tour, l'éleveur s'empresse de régler sa facture à la coopérative agricole où il achète ses aliments pour le bétail.

 6) Le directeur de la coopérative, tout heureux de l'aubaine, s'en va régler son ardoise au pub.
 7) A son tour, le barman glisse le billet dans la main de la prostituée qui lui fait habituellement crédit.

 
8) La jeune femme qui loue à la demande une chambre à crédit dans l'hôtel pour recevoir ses clients, va tout de suite poser le billet sur le comptoir où le touriste allemand l'avait laissé.
 9) Le touriste allemand réapparaît, apparemment mécontent de sa "suite", ramasse son billet de banque et s'en va.

                         
                                        Dans cette histoire (immorale),
               Personne n'a rien produit, personne n'a rien gagné,
               Tout le monde est content et plus personne n'est endetté !
               Petite métaphore sur la création monétaire
               sans création de richesses équivalentes

              Qui rappelle les fameux prêts aux pays européens endettés
  ... Pas besoin d'être énarque pour comprendre la nocivité d'un tel système.

Christian Broussas - Le billet 2  février 2016 -© cjb • ©

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire