vendredi 8 février 2013

L'écrivain Julien Gracq

 Julien Gracq Julien Gracq -  © assoc. Guillaume Budé
Prix Goncourt pour Le rivage des Syrthes en 1951
 
Saint-Florent-le-Viel dans ce qu'on appelle Les Mauges, [1] région du Maine-et-Loire, sur les bords de Loire, entre Nantes et Angers : le village où naît Louis Poirier, le futur Julien Gracq, le 27 juillet 1910 , rue du Grenier-à-Sel dans la maison du grand-père paternel.
 
Il restera toujours un homme de son terroir jusqu'à sa mort le 22 décembre 2007.  Après l'internat du lycée Clémenceau à Nantes, ses études le mèneront cependant à Paris où après Normale Sup, il obtiendra l'agrégation d'histoire. Tout en enseignant l'histoire à Quimper et Nantes, il commence l'écriture de son premier livre Au château d’Argol, que Gallimard refusera en 1937. Dès lors, il restera toujours fidèle à l'éditeur José Corti chez qui il publiera dix-huit ouvrages.

Gracq maison  L'écrivain Julien Gracq, de son vrai nom Louis Poirier, est né en 1910 à Saint-Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire). Il est mort le 22 décembre 2007 à Angers.
La maison où il est né            Gracq à Saint-Florent-le-Viel (© D.Drouet)

En 1925, à Saint-Nazaire il assiste très impressionné au lancement du bateau L’Ile-de-France, sur lequel il reviendra dans Préférences. En 1931, il se prend de passion pour la Bretagne qu'Henri Queffélec lui fait découvrir et deux ans plus tard, il se rend  en Cornouailles sur les sites des romans arthuriens.
 
Il est rattrapé par la guerre en 1939, mobilisé dans l'infanterie à Quimper puis dans le Boulonnais, à Dunkerque et en Flandre. Fait prisonnier en juin 40 et envoyé dans un stalag de Silésie, il tombe malade, est rapatrié sur Marseille et reprend son travail d'enseignant à Amiens puis à Angers. Sa vie se passera dès lors entre l'enseignement et l'écriture, professeur pendant vingt-trois ans -de 1947 à 1970-  au lycée Claude Bernard à Paris où il s'installera au 61 rue de Grenelle dans un appartement qu'il conservera jusqu'à sa mort.
 
Julien Gracq s'est toujours voulu un écrivain non conformiste, fuyant le cercle de l'intelligentia parisienne et étant le premier à refuser le prix Goncourt qu'on venait de lui attribuer pour son roman Le Rivage des Syrtes.

  La maison de Julien Gracq est destinée à devenir une résidence d'écrivains et d'artistes - photo Ville de Saint-Florent-le-Vieil
Vue de Saint-Florent-le-Viel            Gracq à Saint-Florent-le-Vie
 
Saint-Florent-le-Viel dans l'œuvre de Julien Gracq
C'est avec un œil de peintre qu'il aborde les descriptions qu'il fait de ces endroits qu'il a si bien connus. 
« Le plus bel aspect arborescent des rives de la Loire à Saint-Florent, je le découvre le long de l'île Batailleuse, en amont du Pont de Vallée: une grise et haute fourrure de saules, mousseuse et continue, doublée immédiatement en arrière par une muraille de peupliers. Le saule trempe aux eaux brumeuses et les marie aux berges aussi doucement que le petit-gris bordant la peau nue; le peuplier en arrière déploie sa voilure haute, avec cet air noble et sourcilleux qu'il a de naviguer toujours par files d'escadre: l'arbre de l'eau et l'arbre de l'air s'apparient et se conjuguent sur cette lisière tendre — et le soir d'été qui embrume légèrement et qui lie cette gamme éteinte des verts fait de ce coude de la Loire, à s'y méprendre, un bord de fleuve de Marquet. » (Lettrines, Pléiade, 2, 244)
 
Il regrette ces odeurs de Saint-Florent quand écrit-il, « mes ancêtres, de père en fils, étaient filassiers, fabriquaient de la corde avec le chanvre qu'on cultivait alors dans les îles et la vallée de la Loire. » Nostalgie de ces usines qui ferment en quelques années, rattrapées par le progrès technique, « j'ai vu fermer à Saint-Florent, il y a une quinzaine d'années, la dernière usine, je pense, qui traitait encore en France le chanvre. » Désormais dans l'île Batailleuse, finies ces petites futaies « d'un vert sombre si étrangement parfumées, qui donnaient au paysage de la vallée une touche luxuriante de plantation tropicale. » Finie aussi en septembre cette odeur enivrante [2] « des barges de chanvre roui qu'on poussait à l'eau immergées sous leur charge de sable, que les paysans chevauchaient pieds nus et amarraient à la berge comme des radeaux. » (Lettrines, Pléiade, 2, 261)
 
Il regrette aussi l'image d'un paysage qui lui paraissait immuable, éternel, le rideau d'arbres qu'il a pris l'habitude de contempler et sa déception le jour où ce paysage, soudain privé de ses arbres, perd son caractère familier. « L'image unifiée d'un paysage, du paysage natal par exemple, telle que nous la gardons en nous et la vérifions depuis l'enfance, est faite d'une combinaison de cycles périodiques aux rythmes très variés. [...]  Rien ne me déconcerta davantage que de voir mettre à bas, un beau jour, ces colonnes de mon Parthénon. Depuis, j'ai vu deux cycles complets se succéder dans cet ordre d'architecture — et un ragoût nietzschéen plus corsé venir épicer de façon significative la ritournelle simplette du cycle des saisons. (En lisant en écrivant, Pléiade, 2, 619) 
 

La maison et le panneau de la plate
 
La plate de la Loire : la promenade Julien Gracq, avec plaque et citation
« Aussi loin que remonte ma mémoire, Le bateau de mon père, la longue et lourde plate vert d'eau avec son nez tronqué, avec sa bascule à l'arrière qui servait de vivier pour le poisson, son banc du milieu percé d'un trou où l'on pouvait dresser un mât pour une voile carrée, a tenu dans ma vie une place presque quotidienne : il était amarré au quai de la Loire, à trente mètres devant notre maison; j'y sautais aussi familièrement, les rames sur l'épaule, les tolets à la main, que plus tard j'enfourchais ma bicyclette. » (Les eaux étroites, J. Gracq)
 
Julien Gracq : propos sur la jeunesse
«  La jeunesse n'est pas une période heureuse, des foules de possibilités s’offrent, d’où l’impression qu’on a, tous les jours de manquer dix occasions de faire des choses intéressantes.C’est cela qui assombrit la vingtième année et qui n’existe plus du tout à la cinquantième; ce qui rend la vieillesse supportable, c’est que les désirs se modèlent beaucoup plus sur les possibilités… »
 
                       
La maison ouverte sur la Loire
 
PS : Pour le centième anniersiare de sa naissance, « La maison et ses dépendances de l'écrivain Julien Gracq à Saint-Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire) vont devenir une maison d'écrivain à l'horizon 2013-2014, » ont annoncé le député-maire de sa ville natale, Hervé de Charette, et le président du conseil régional des Pays-de- la-Loire, Jacques Auxiette. Saint-Florent-le-Vieil accueille déjà les Rencontres Julien Gracq.

Notes et référence 
[1] Dans les Mauges, c'est à l'aménagement de la campagne que l'homme a communiqué un style, non aux villages. La sensibilité plus grande que je me suis toujours connue pour les aspects paysagistes, plutôt que pour les aspects monumentaux d'une contrée tient peut-être à ce que je suis né dans un bourg resurgi, banalisé et remis à neuf, des "dommages de guerre"... (Carnets du grand chemin, Pléiade, 986)
[2]  « car il n'y a pas de souvenir d'un parfum, c'est lui qui rouvre le souvenir. »
 
* Gracq, Terres d'écrivains
* Association Guillaume Budé
* Gracq à Roscoff 
 

Saint-Florent, Pierre Davy, éditions L'Apart, 95 pages, isbn 978-2-36035-113-8

<<<<<< Christian Broussas - Feyzin - 5 février 2013 - <<<<<< © • cjb • © >>>>>>
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire