mardi 25 février 2014

Philippe Claudel, L'enquête


PHILIPPE CLAUDEL, l'enquête 
 
       L'écrivain en 2008

L'enquête

En exergue, Philippe Claudel nous prévient : "c'est en ne cherchant pas que tu trouveras. "
 
Roman extravagant qui est plutôt une fable sur un XXIè siècle hésitant, en pointillés, dominé par une mondialisation tentaculaire où la nature n'est qu'un décor expressionniste et les hommes des fantômes à la recherche de leur identité. Et justement ici les hommes sont anonymes, sans identité, celui qui enquête est l'Enquêteur, la tenancière du palace, une grande rousse, est la Géante, le flic est le Policier, celui qui aide l'enquêteur est le Guide ou le PDG grand responsable de l'entreprise est le Responsable, tous des hommes sans visage qui hantent un monde qui leur échappe.
 
Pour Yves Simon qui commente ce roman, il s'agit d'une parabole, " une fable angoissante sur les dérives de notre société. " Il parle d'une œuvre monochrome, un 'Métropolis' à la Fritz Lang, aux accents kafkaïens virant à l'absurde, avec la robotisation de l'homme comme stade ultime de la société imaginée par Charly Chaplin dans 'Les Temps modernes'.
Que se passe-t-il donc dans cette société multinationale incontrôlable, pieuvre qui domine tout et jusqu'à la sphère privée. Toutes les relations de ce nouveau 'meilleur des mondes' sont ramenées à des relations de pouvoir où les mots n'ont plus guère de sens, où les collaborateurs ne sont que des esclaves servant le système.
 
Bien sûr, le responsable n'est au courant de rien, ses collaborateurs complaisants sont bien trop affairés à lui plaire pour évoquer la réalité, l'ennuyer avec des problèmes. Tout se passe 'à l'insu de son plein gré' puisque tout le monde tremble devant lui et, devant l'Enquêteur, il se livre à un numéro de cirque sur son bureau, sans doute pour se prouver qu'il 'fait encore le poids'. Tout finit dans un terrain vague plein de conteneurs, de cris et de pleurs, métaphore de ce monde cloisonné et déshumanisé.
 
Référence : "L'Enquête", Philippe Claudel, Paris, Éditions Stock, 278 pages, 2011, isbn 978-2234065154 
 
 

  Voir aussi :

- 2002 : "Le Bruit des trousseaux", éditions Stock
- 2003 : "Les Âmes grises", Paris, Stock, 284 pages,isbn 978-2-234-05603-9, Prix Renaudot 2003, adapté au cinéma en 2005
- 2005 : "La Petite Fille de Monsieur Linh", Paris, Stock, 159 pages, isbn 978-2-234-05774-6
- 2007 : Le Rapport de Brodeck, Paris, Stock, 414 pages, isbn 978-2234057739
- Biographie 
<<<<< Christian Broussas – Feyzin, 15 mai 2011 - << © • cjb • © >>>>
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire