samedi 14 juin 2014

Les modèles de communication

Cet article se propose de passer en revue les trois grands types de modèles de communication, les modèles positivistes, systémiques et constructivistes, selon la classification donnée par le psycho sociologue Alex Mucchielli.  
 
1- Les modèles positivistes
Ils sont orientés sur les effets et l’efficacité de la communication dans le cade de la relation causes-effets
* Le modèle de la théorie de l’information : contenu et transfert de l’information
Emission-réception des informations par Claude Shannon et Warren Weaver/Norbert Wiener

 
Warren Weaver et Norbert Wiener ont complété le schéma de Shannon en introduisant pour le premier le mécanisme de redondance permettant de faire passer le message sous une autre forme (la reformulation) et pour le second  le retour d’information ou rétroaction. 

* Le modèle de la communication à 2 niveaux

 
Ici, un système d’information repose sur l’influence des médias, eux-mêmes soumis à l’action d’intermédiaires.
 Selon les recherches effectuées, un média n’agit pas directement sur le public cible final mais passe par le biais de « leaders d’opinion » servant de relais auprès des personnes de leur  groupe d’appartenance.

* Le modèle marketing
La communication représente une « opération » à piloter, obligeant à passer par ce qu’on appelle la résolution de problème.
 

Dans ce modèle, La cause est le problème de communication à résoudre ou un message à transmettre et l’effet visé est la transformation de la situation de départ.

2- Les modèles systémiques
Ils doivent permettre d’analyser la permanence et le changement des systèmes de communication.

* Le modèle sociométrique d’après
Jacob L. MORENO
Il présente graphiquement le réseau des relations « informelles » dans un groupe.



 

Le modèle met en évidence les affinités dans un spectre sympathie-antipathie entre les individus et les relations socio-affectives à l’intérieur d’un groupe.
Il fait apparaître les notions fondamentales de "structure affective", définissant la place de chacun dans le groupe, de "relation" et de "canal", support d’information.


* Le modèle transactionnel d’après Éric Bern


Ce modèle privilégie l’analyse de la forme générale du message et l’analyse des relations inter-personnelles qui met en exergue les difficultés des individus. Son objectif est de faire évoluer le mode de communication personnelle pour permettre à la personne de surmonter es difficultés.
La transaction (du latin transigere, faire passer et au sens figuré, traiter) est une série d’échanges qu’ils soient verbaux ou non verbaux dans lesquels les individus y trouvent un intérêt.

* Le modèle interactionniste systémique d’après l’école de Palo Alto



Dans ce modèle, la communication est définie comme la participation d’un individu à un système d’interactions qui le relie aux autres, privilégiant l’étude du système des échanges et des communications dites « paradoxales ». Ce modèle sert par exemple à Michel Crozier dans son livre "L’analyse du jeu bureaucratique à la Française" à analyser le système de relations entre les individus et leur administration.
On a parfois comparé ce modèle à un jeu d’échec aux règles bien définies qui gouvernent les coups possibles.
 

* Le modèle de l’orchestre d’après Yves Winkin


Avec ce modèle, la communication est définie comme une production collective d’un groupe qui travaille sous la conduite d’un leader. L’essentiel est d’étudier l’articulation des jeux individuels qui doivent aboutir à une production collective. Pour cela, il faut déterminer la conduite des acteurs, le code régulateur ainsi que l’apport de chaque participant.
 

3- Les modèles constructivistes
Ils s’intéressent surtout à l’émergence et à la structuration du « sens partagé » par les acteurs,  ce que représente pour eux de partager et de travailler ensemble. 

 * Le modèle de l’hypertexte
Il considère la communication comme un échange ou texte qui n’apparaît pas à première vue, mais qui explique ce qui se passe entre  les acteurs, dans une structure sociale donnée. L’analyse doit permettre d’expliciter les relations qui se dégagent d’une étude de leurs échanges et la façon dont chacun s’approprie le message initial.
 

* Le modèle situationnel

 
Il définit toute communication comme un « processus » devant faire émerger les différentes dimensions d’une situation qui nécessairement donne lieu à des échanges. Sa mise en œuvre consiste à relier chaque échange aux différents contextes dans lesquels il se déroule dont les plus importants qui sont les contextes des intentionnalités, des contraintes situationnelles et relatifs, ainsi que le contexte temporel. 

 Le sens final des échanges doit se dégager de l’ensemble des significations qui ont émergé à partir des mises en contexte, sachant qu’il existe une interaction étroite entre ces éléments, le contexte aidant à traduire le sens de l’échange, eux-mêmes prenant un sens à travers l’échange.

    <<< Christian Broussas – Com - Feyzin, 7 /6 /2014 << © • cjb • © >>>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire